eh cookies

mercoledì 11 aprile 2012

In morte di un campione del politicamente corretto

In morte di un campione del politicamente corretto: Richard Descoings

Image and video hosting by TinyPic

La morte di Richard Descoings, potente e celebrato presidente dell'Istituto di Studi Politici di Parigi (popolarmente conosciuto come Sciences Po Paris e considerato una sorta di trampolino di lancio per la futura élite francese), è fatto di cui poco si è parlato in Italia, ma che ha un certo interesse oltralpe, essendo stato Descoings un esempio notevole di quella élite globalista, di cui mai abbastanza si potrà disprezzare l'azione e le scelte.

Partiamo dalla sua morte, a suo modo anch'essa esemplare. Come scriveva giorni fa un lettore sul sito del New York Post, un altro esponente della nomenklatura progressista di Parigi è volato a New York per sfogare i propri istinti, finendo per provocare uno scandalo in un hotel di Manhattan. Il riferimento è ovviamente alla vicenda di Dominique Strauss-Kahn. La differenza rispetto a quest'ultimo è che Descoings ci ha lasciato le penne e che i gusti sessuali erano un po' differenti. Ancora non si sa di preciso il perché della morte, ma sembra che, sia per come è stato ritrovato il cadavere, completamente nudo, sia per alcuni elementi d'indagine sul suo computer, ossia siti internet per appuntamenti omosessuali, Descoings non avesse abbandonato le avventure con altri uomini, nonostante il matrimonio con Nadia Marik, anch'essa dirigente a Sciences Po Paris. Un quadretto in linea con la cultura dominante oggi in Occidente, insomma.

Sia morto come sia, la dipartita di Descoings è quella di un alfiere del politicamente corretto, peraltro trasversale. Basti considerare quanto Nicolas Sarkozy tenesse in conto il personaggio, tanto da richiedergli nel 2009 un rapporto per una riforma dell'educazione nazionale (il che è indicativo dell'attuale presidente francese).

Perché Descoings è stato dal 2001 una delle personalità francesi che maggiormente hanno spinto per la cosiddetta "discriminazione positiva", nome dietro cui si nasconde una forma di razzismo contro gli autoctoni. Sua intenzione era quella di far accedere giovani allogeni provenienti dalle banlieues, per vie privilegiate e senza tener conto del merito, proprio a Sciences Po. Tale progetto avrebbe dovuto unire, in un unico abbraccio accademico, la gioventù non europea dei beurs e degli africani con i futuri giornalisti e i futuri politici e quadri dirigenti, secondo l'ottica sradicata e sradicante globalizzata.

Non a caso, nel 2011 aveva eliminato la prova di cultura generale negli esami di ingresso all'università, scatenando molte polemiche, in quanto tale sottrazione viene vista come un venir meno della necessità di conoscere a grandi linee la cultura francese, accedendo al grado massimo di istruzione. Secondo i timori di qualcuno, ciò è l'ulteriore prova di un disinteresse delle élites rispetto all'identità nazionale, ormai sostituita completamente dai desiderata mutevoli delle stesse élites.

Negli ultimi mesi, il personaggio Descoings era salito nuovamente agli onori delle cronache a causa del suo compenso a Sciences Po, oscillante sui 250.000 euro annuali. Per fare un confronto, il comandante generale della Guardia di Finanza italiana prende sui 300.000 euro; i dirigenti massimi della CONSOB hanno compensi tra i 280.000 e i 380.000 euro; Attilio Befera dell'Agenzia delle Entrate prende poco più di 300.000 euro annuali. Crediamo bastino questi esempi per capire quanto alta fosse la retribuzione di Descoings, indipendentemente dall'autorevolezza di Sciences Po a Parigi (e dell'istruzione più in generale in Francia). L'istituto ha cercato di difendersi affermando che i compensi e gli eventuali bonus vengono decisi da una commissione apposita. Qualche nome? Michel Pébereau, sino al 2011 presidente di BNP Paribas e altri gruppi, oppure Louis Schweitzer, presidente storico del gruppo Renault, ma anche amministratore per BNP Paribas, ma anche presidente dell'HALDE sino al 2010, ossia l'Autorità nazionale per la lotta contro le discriminazioni etniche.

Aggiungete che sia Pébereau e Schweitzer che Descoings erano membri del Siècle, ossia del club più esclusivo e più chiacchierato di Francia, e, se volete, potete chiudere il cerchio. Le élites se la cantano e se la ballano da sole, con qualche verniciata di politicamente corretto.

A fine gennaio, Descoings aveva rilasciato una intervista, per Libération, che ha destato scalpore, in cui affermava che il suo compenso annuale, per quanto scandaloso, era assolutamente legittimo. La foto che vedete sopra era a corredo dell'articolo stesso. Dopo poco più di due mesi, a pochi giorni dalla festa cristiana della Pasqua di Resurrezione, Descoings muore in una delle città simbolo del globalismo. Il cerchio si chiude.

Mort de Richard Descoings (Sciences-Po): mots et silences (Daniel Schneidermann, Rue89, 4 aprile 2012)

‘Gay hookup’ link in French scholar’s Manhattan hotel room death: sources (Doug Auer + Cynthia R. Fagen, The New York Post, 5 aprile 2012)

Surpris par les réactions à la mort de Descoings, un sociologue explique (intervista ad Alain Garrigou di Léa Lejeune, MCETV, 6 aprile 2012)

Sciences Po Paris: les super bonus des cadres dirigeants (Nathalie Brafman, Le Monde, 15 dicembre 2011)

Descoings: «Si je trouve que je suis trop payé ? La réponse est non» (intervista a Richard Descoings di Véronique Soulé, Libération, 31 gennaio 2012)

  • La disparition de la culture générale des concours: nouvelle négation de l'identité française (Polémia, 14 dicembre 2011):
« Sciences-Po révolutionne son concours d’entrée », titre triomphalement Le Monde : il sera désormais possible d’y entrer sans épreuve écrite et sur simple dossier (sur piston ?) ; et surtout l’épreuve de culture générale sera supprimée. Cette décision s’inscrit dans un mouvement plus vaste : depuis plusieurs années déjà, les écoles de journalisme ont supprimé de leurs examens d’entrée la culture générale ; et celle-ci est en voie de disparition dans les concours administratifs. La raison majeure de cette évolution est double : le désastre de l’éducation nationale d’une part, le caractère jugé « discriminant » de la culture générale qui éliminerait les « pépites » de nos banlieues, d’autre part.

Ce dernier point est particulièrement troublant.

Les médias de l’oligarchie et la classe politique n’ont cessé d’affirmer :

    qu’ « être français, ce n’est pas une race » et qu’on pouvait donc laisser la France largement ouverte à l’immigration africaine et maghrébine ;
    qu’ « être français, ce n’est pas une religion », et qu’on pouvait donc continuer d’accueillir des immigrés musulmans et créer « un Islam à la française » ;
    que « l’intégration cela marchait » et qu’il y avait « beaucoup de potentiel parmi les jeunes de banlieue ».

La culture et la langue française rayées de la carte

Que restait-il donc pour définir l’identité française ? La culture et la langue françaises. Voici qu’on raye méthodiquement leur maîtrise de la sélection des élites françaises.

Cela vaut de s’arrêter un instant sur la signification de ce phénomène :

    Il y a, nous dit-on, dans les banlieues des jeunes gens intelligents et capables.
    Or ces jeunes gens intelligents et capables ne seraient pas aptes à assimiler la culture générale française, c’est-à-dire la maîtrise de la langue et d’un héritage historique et culturel.
    Pour quelles raisons ? Parce qu’ils en seraient génétiquement incapables en raison de leurs origines ? On a peine à le croire ! Ou bien parce qu’ils ne voudraient pas s’assimiler à une culture jugée étrangère à celle de leurs origines familiales, ethniques, religieuses ? Ou encore parce que les institutions françaises auraient renoncé, par faiblesse, à leur transmettre ?

Quelle que soit la raison, le constat est terrible :

    L’assimilation ne fonctionne pas ;
    Ce n’est pas la minorité d’origine étrangère qui se rapproche de la majorité française mais la majorité française qui s’adapte aux exigences et/ou aux faiblesses de la minorité d’origine étrangère.

Diable ! Que reste-t-il de l’identité française ?

Si l’on comprend la pensée dominante, si l’on comprend bien les dogmes sous-jacents aux bons apôtres de la « discrimination positive », la France ce n’est ni une race, ni une religion, ni une culture, ni une langue, ni une histoire. Longtemps défendue, la conception « subjective » de la nation, issue de Renan, est abandonnée : « Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes » est jugée aujourd’hui comme un anachronisme.

Alors, qu’est devenue l’identité française ? La réponse est claire : un espace dénué de sens. Ceux qui sont au pouvoir – dans les médias, dans les grandes entreprises, dans les universités – sont des négateurs de l’identité française, de toute identité française. Une identité française qui, il est vrai, est perçue comme un obstacle à l’empire du grand marché mondial.

Restauration républicaine et/ou communautarisation identitaire ?

Pourtant l’identité française perdure. Elle perdure dans les espoirs politiques d’une restauration nationale et républicaine. Elle perdure aussi – horresco referens – dans la communautarisation de fait d’une partie de la population française qui transmet à ses enfants la culture traditionnelle en marge de l’éducation nationale : à travers des écoles libres ou indépendantes, des manuels alternatifs, des rites anciens, des fêtes enracinées, le scoutisme traditionnel ou la fréquentation des hauts lieux. Bien sûr, ce ne sont encore que des minorités qui se retrouvent ainsi. Mais ce sont des minorités en expansion. Et les élites françaises de demain en seront issues.

  •  Descoings à Sciences Po: «Quand j'entends le mot Culture...» (Etienne Lahyre, Polémia, 22 dicembre 2011):
Le directeur de l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Paris, Richard Descoings, est incontestablement un homme étonnant : son travail de sape entamé il y a plus de 15 ans contre la culture et l’intelligence françaises, contribue aussi efficacement que durablement à la « fabrique du crétin » dénoncée par Jean-Paul Brighelli.

Discrimination positive, « globish » et théorie du genre

Jugeons plutôt : en 2001, Descoings impose la création d’une voie parallèle d’entrée à Sciences Po en permettant à certains jeunes gens issus de lycées situés en ZEP, ayant des liens conventionnels avec l’IEP, d’intégrer l’école sans concours. L’égalité républicaine, que garantissait le principe du concours, était ainsi battue en brèche, au profit de l’instauration officielle de la « discrimination positive », oxymore constituant l’une des pierres angulaires du politiquement correct.

Plus récemment, Descoings est désigné « Carpette anglaise 2009 » après avoir obligé les élèves à suivre de nombreux cours en langue anglaise tout en dispensant les étudiants étrangers de maîtriser la langue française pour intégrer l’IEP.

Les étudiants de l’IEP ne sont certes plus tenus de parler français, mais ils doivent obligatoirement assister à des cours promouvant la théorie du genre, dans chacune des grandes disciplines enseignées à Sciences Po !

Une arme de destruction intellectuelle massive

Fort de ce bilan encourageant, Sciences Po vient d’inventer une arme de destruction intellectuelle massive : la suppression de l’épreuve de culture générale au concours d’entrée à l’IEP. En quelques années, et avec la complicité des gouvernements successifs, Descoings aura réussi à transformer Sciences Po en Enola Gay de la pensée !

A la culture de l’honnête homme, on préfèrera désormais les supposées fulgurances d’étudiants ballottés entre le prêchi-prêcha droitdelhommiste de l’éducation nationale et la culture de l’image et de l’instantanéité véhiculée par la télévision et les nouvelles technologies. L’épreuve classique de culture générale requiert une pensée structurée et argumentée aux antipodes des réactions émotionnelles et des indignations « morales » que ne manquera pas de valoriser le jury lors de l’épreuve orale d’admission. D’autant que la prime à la « diversité » jouera à plein : le fils d’agriculteur du Gers ou la fille de l’ouvrier de Forbach, ne seront pas jugés suffisamment « visibles ».

Changeons l’élite !

Il s’agit, ni plus ni moins, de donner à notre pays une nouvelle « élite » : puisque l’on ne peut pas changer le peuple (quoique…), changeons l’élite ! Ou plus exactement, conservons son armature intellectuelle (l’idéologie libéral-libertaire et mondialiste), ainsi que ses représentants désormais traditionnels (les filles et fils d’enseignants ou de journalistes parisiens), et adjoignons leur des enfants d’immigrés, auxquels l’éducation nationale a délibérément refusé, depuis les années 1970, de transmettre la culture du pays d’accueil de leurs parents.

Cette sainte alliance entre bobos et « nouveaux français » n’est pas sans rappeler l’alchimie qui s’est effectuée au sein de troupes révolutionnaires, à partir de 1792, entre les officiers issus de l’ancien régime et les conscrits acquis aux idées nouvelles. Mais Descoings n’est pas Kellerman ! Il est plutôt de la trempe de Dumouriez, aventurier sans scrupules, qui s’empara un temps du drapeau tricolore et se vendit ensuite à l’ennemi, en contribuant activement à l’invasion de la France en 1814.

De Louis XIV au Monomotapa

La forfaiture du directeur de l’IEP s’inscrit dans un mouvement plus large, empreint de relativisme culturel et de masochisme national : plus question par exemple d’étudier l’histoire en Terminale Scientifique ou Louis XIV et Napoléon au collège. L’heure n’est plus à la gloire, à la grandeur ou à la fierté : ces sentiments appartiennent à l’homme historique, et non à l’homme nouveau, cet homo oeconomicus post-historique, cet homme exclusivement mû par le désir du consommateur et la raison du technicien, et qui a renoncé à ce que Platon appelait le « thymos », c’est à dire le besoin de reconnaissance, l’estime de soi, en un mot, le Caractère. Pour Ernest Renan, « Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale. Avoir des gloires communes dans la passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple ».

Que l’on ne s’y trompe pas : à côté de ce discours lénifiant, inspiré par des penseurs tels Jürgen Habermas, et destiné à séduire les petits bourgeois, toujours enclins au pacifisme et au culte de la faiblesse par lâcheté et par ignorance, émerge une valorisation outrancière de l’histoire et de la culture de certains pays. Ceux-ci ne sont pas choisis au hasard : le programme d’histoire de Cinquième consacre désormais ses deux chapitres, qui ne traitent pas de l’Occident, à l’Islam et à l’Afrique. Une large place est notamment faite aux empires africains Monomotapa et Shongaï, qui, chacun en convient, ont laissé dans l’histoire de l’humanité des traces autrement plus durables que le Château de Versailles, le Code civil ou Austerlitz.

Les Curés xénophiles du politiquement correct

L’hémiplégie intellectuelle de l’idéologie dominante est patente : on dénonce ce qu’Alain Finkielkraut appelle « l’enracinement de l’esprit » au nom d’un universalisme qui se mue en cosmopolitisme ; identité et culture sont vouées aux gémonies lorsque celles-ci sont nationales et traditionnelles, lorsque leurs références et leurs valeurs sont constitutives du corpus français. Mais dans le même temps, les curés xénophiles du politiquement correct organisent et imposent le goût du lointain et le culte de l’altérité.

C’est cela qui est visé par la décision de l’IEP de Paris : plus que LA culture (au sens universel et abstrait), c’est NOTRE culture (c’est à dire l’ensemble des éléments qui fondent l’appartenance du peuple français à son territoire) que les élites mondialisées combattent et dont elles voudraient faire table rase.

Donner le ton à toute la nation

Emile Boutmy, fondateur de l’Ecole Libre des Sciences Politiques (ancêtre de l’IEP), appelait en 1872 à « créer l’élite qui, de proche en proche, donnera le ton à toute la Nation » : former des cadres au service de l’Etat et de l’intérêt national, tel était son objectif.

Quel est donc le but recherché par ses successeurs ? Alors qu’Edmond Rothschild assénait en 1970 que « le verrou qui doit sauter, c’est la Nation », ces tenants de la gauche libertaire ne sont-ils pas les idiots les plus utiles et les serviteurs les plus zélés du capitalisme financier?

Nessun commento:

Posta un commento